• [Amnesia] Chapitre 1

     

    -Le 5 Juin 2094-

     

    Sharon était enfin remise sur pied, d'après le médecin elle pourrait sortir de l'hôpital. Aujourd'hui l'homme de soin était venu la chercher pour effectuer quelques tests. Il voulait vérifier que son organisme réagissait bien par rapport aux greffes importantes qu'elle avait subit. Donovan était là lui aussi, il était venu tous les jours voir Sharon. La jeune femme avait fini par se remettre un peu mieux, elle était toujours amnésique, mais il sentait qu'elle lui faisait confiance. Il n'était cependant pas encore prêt à lui mentir. Ses pensées étaient tantôt d'accord tantôt contre l'ordre du général Grégory. Il avait beaucoup réfléchit, tellement réfléchit que ses nuits en étaient devenues blanches. Les cernes sous ses yeux en témoignaient, il restait debout grâce à la tonne de café qu'il ingurgitait chaque jour.

     

    Aujourd'hui, il en était venu à la conclusion que si Sharon connaissait la vérité elle n'approuverait sans doute pas ce qu'on lui avait fait. Jusque là elle avait vécu humaine, à présent son corps était transformé et ce changement avait été fait sans son approbation. Il n'avait rien pu faire pour empêcher cela, le mal avait déjà été fait quand il est arrivé... . Il s'en voulait, il aurait aimé avoir pu faire quelque chose.

     

    Le médecin était en train de demander à Sharon de faire plusieurs gestes. Il prenait des notes sur son calepin en fonction de ses observations. Tout semblait marcher convenablement pour elle, il n'y avait aucun dysfonctionnement. Cependant, le docteur voulait tout de même effectuer un scan de l'organisme de Sharon.

     

    Pendant qu'elle se préparait devant le rayon X, Donovan s'approcha du médecin afin d'engager la conversation. Il voulait essayer de se rassurer à travers les paroles de l'homme.

     

    « Que vous arrive-t-il ? Vous n'avez pas parlé depuis le début des examens.

    -Je me demandais si cette greffe ne risquerait pas de l'affecter grandement...

    -Vous voulez dire qu'elle ne serait plus comme avant ? Sachez seulement que cette opération est comme n'importe quelle greffe. Le corps humain n'est pas si différent que les machines, certaines pièces déffectieuses peuvent être changées. Quand vous réparez un ordinateur, il reste toujours pareil c'est la pièce qui a été remplacée qui change. Ici, c'est le cas seuls les membres de votre amie ont changés. Son caractère et sa façon d'être n'ont pas été touchés... Ne vous inquiétez pas, elle restera toujours humaine à vos yeux.

    -Hum...

    -Bien sûr, son corps aura besoin d'assistance pour perdurer. C'est l'unique changement à noter. »

     

    Il n'osait pas demander au docteur s'il était au courant de l'embrouille du général Grégory. Après tout, il avait modifié le corps de Sharon sans l'approbation de celle-ci ou de sa proche famille. Le général avait fait croire à un mensonge, il avait tellement besoin de soldats qu'il se fichait éperdument des conséquences de ses actes. Pour lui, les combattants n'étaient que des pions à déplacer sur l’échiquier. Ce qu'ils pouvaient ressentir ou penser, n'avait aucune importance à ses yeux. Seul le résultat comptait et peu en importait le sacrifice

     

    [***]

     

    Le lendemain, Sharon pouvait quitter l'hôpital. Donovan avait chargé un officier d'aller la chercher. La jeune femme l'avait suivit jusqu'à la jeep militaire. Elle s'installa à l'avant après avoir balancé son sac dans le coffre du véhicule. C'était Donovan qui le lui avait apporté le dernier jour, il contenait les vêtements qu'elle portait actuellement : une veste en laine noire et un pantalon ample en toile couleur terre. Il y avait également de longues bottes en cuir, un téléphone portable, un vieux paquet de chewing-gum et un roman policier. C'était sans doute des affaires qui lui appartenait et auxquelles elle devait accorder de l'importance. Le geste du colonel était pourtant simple, mais Sharon avait trouvé que c'était trop gentil pour quelqu'un de son grade. Très vite elle s'était dit que Donovan n'était pas seulement son supérieur, ils devaient être très proche. Elle ignorait jusqu'à quel point.

     

    L'homme qui était venu la chercher n'avait pas sortit un seul mot de sa bouche à part le « bonjour ». Il avait signé les papiers de sortie que lui avait tendu la secrétaire à l’accueil, puis d'un signe avait ordonné à Sharon de le suivre. Son air sérieux et son visage carré lui donnaient un air féroce. Il n'était pourtant pas gros, de loin on aurait dit un grand dadet tout fin. La blonde ne lui adressa pas la parole de tout le voyage. Ses yeux se contentaient d'observer le paysage par sa fenêtre. Elle fut très vite émerveillée par les formes coniques, carrées et triangulaires qui composaient les habitations et bâtiments de la ville. Malgré ces constructions imposantes et étendues, la nature avait tout de même son mot à dire. Des arbres avaient été plantés par l'homme, mais certaines touffes d'herbes et feuilles ne se gênaient pas pour pousser n'importe où. Il n'y avait pas non plus grand monde, les rues étaient plutôt vides. Lorsqu'ils passèrent devant la plage Sharon comprit que tout le monde avait profité du soleil pour se dorer la pilule.

    Son allégresse s'estompa tandis qu'elle regardait son bras artificiel. Le docteur avait été formel, pas de contact avec l'eau, ses membres n'étaient pas étanche.

     

    [***]

     

    L'officier stationna la jeep sur le côté de la cours à côté de d'autres véhicules. Sharon en sortit une fois le moteur coupé, elle reprit son sac et suivit dans le calme son accompagnateur. Il était toujours aussi silencieux. Il s'arrêta devant l'entrée d'un immeuble ou il appuya sur un bouton. La porte s'ouvrit et tous deux s'engouffrèrent à l'intérieur. Ils montèrent les marches jusqu'à arriver au deuxième étage, le plus haut du bâtiment. Une fois dans le couloir l'homme toqua à l'appartement numéro deux cent cinq et Donovan vint leur ouvrir.

     

    Le second salua respectueusement son supérieur avec le salut de l'armée. Lorsque Sharon croisa le regard de Donovan celui-ci lui serra la main.

    « Alors, comment te sens-tu ? Ravie d'être de retour ici ? »

    Sharon haussa des épaules, rien de ce qu'elle avait vu ne lui avait rappelé le moindre souvenir. Elle tourna sur elle-même comme si un déclic allait se faire, mais rien.

    « Rien ne m'évoque quelque... C'est normal ? 

    -Oui, le docteur a bien dit que tu ne te rappellerais pas tout de suite de tout ... ».

    Donovan s'écarta ensuite de l'entrée afin que les deux autres puissent pénétrer dans le salon. L'endroit était en fait une habitation, un simple appartement de taille moyenne. Sharon regarda tout autour incrédule.

    « Tu ne repars pas tout de suite en mission, le docteur a émis des réserves à cause de ton amnésie...  Pour le moment tu vas rester ici, c'est chez toi.

    -Chez moi ? Je ne vivais pas à l'armée ?

    -Si, mais tu as gardé ta maison.. Au cas où tu reviendrais à la vie de civile. »

     

    Quelque chose dans le corps de Sharon lui fit comprendre que quelque chose n'allait pas. Elle se demandait si c'était l'air étrange du second, ou si c'était le fait qu'un colonel soit si proche d'elle. Tout était bizarre, rien ne lui témoignait une once de « déjà vu ». Elle avait l'impression que tout était étrange, comme monté contre elle. Comme si on jouait avec son état pour arriver à ses fins. Donovan avait l'air de dire que c'était normal, peut-être allait-elle finir folle avec cette histoire ?

     

    Elle baissa les yeux, c'était sans doute une mauvaise impression qui passerait. Le colonel était une personne très gentille, elle doutait qu'il soit capable de se servir d'elle.

     

    « Allons-y... » Dit-il en l'invitant vers la cuisine.

    Il lui fit une visite rapide des lieux et lui expliqua que son frigo avait été rempli pour au moins un bon mois. L'appartement était composé de quatre pièces. La cuisine et le salon étaient collés ensembles. Sur les côtés se trouvait deux portes, l'une menait à la chambre et l'autre à la salle de bain qui contenait également les toilettes. Les couleurs étaient pastels pour la majorité des pièces, la salle de bains avait été carrelée de dalles bleues marine et blanche. Du salon on avait accès à une terrasse qui donnait sur les ruelles en face, au bout on pouvait voir la mer qui brillait sous les rayons du soleil. La vue serait sans doute magnifique si on oubliait le coin déchetterie qui se trouvait à droite. De nombreux papier et déchets roulaient sur le macadam aidés par la force du vent, des personnes étaient en train de les ramasser et de les mettre dans un sac poubelle. Sharon remarqua leurs visages, ils avaient l'air énervés. Elle comprit pourquoi quand son œil artificiel lui afficha un détail de ce que contenait les déchets. Son sursaut surprit Donovan et l'autre homme.

     

    « Un problème ?

    -C'est mon œil il... Il m'affiche des choses que je n'avais jamais vu avant !

    -C'est normal... La technologie que tu possèdes en toi et qui remplace tes anciens membres a été conçue spécialement pour l'armée...

    -Je vois... »

     

    Le colonel se pinça rapidement les lèvres, espérant que personne ne le remarque. Sharon n'était pas plus inquiété que ça et elle n'avait pas l'air de vouloir poser plus de questions sur son état – cet qui était plutôt bien – il regarda sa montre et se rendit compte qu'il n'avait plus beaucoup de temps.

     

    « Ta voisine travaille aussi à l'armée, je l'ai chargée de veiller sur toi. Si tu as un soucis, elle habite juste en face. 

    -Combien de temps dois-je rester ici ?

    -Un moment... Au moins un bon mois, le docteur voudrait te réexaminer une fois ce stade passé. 

    -D'accord...

    -D'autres questions ?

    -Non... 

    -Bien, alors nous allons te laisser. Repose toi bien. »

     

    Il lui remit les clés de l'appartement et quitta alors la pièce avec l'autre homme qui n'avait toujours rien dit. Sharon se retrouva seule dans son salon à ne pas savoir quoi faire. Son impression n'était toujours pas partie et elle recommençait à se poser des questions.

     

    [***]

     

    Lorsqu'il monta dans la jeep, le second ne démarra pas tout de suite le moteur. Il attendit que son supérieur eut attaché sa ceinture afin de lui poser une question.

     

    « Pardonnez-moi, mais à quoi jouez vous, monsieur ? 

    -Que voulez-vous dire ?

    -Ce n'est pas là qu'elle vit, elle n'a jamais aimé vivre comme tout le monde... Un paquet de chewing et un roman policier ? Depuis quand cela l'intéresse-t-elle ? Sharon est une femme solitaire qui ne vit que pour son travail et qui n'a aucune autre passion au monde que d'être soldat.

    -Je... Cela ne vous regarde pas Williams.

    -Bien sûr que si, elle fait partie de notre régiment !

    -... »

     

    Donovan tourna la tête, voyant que l'officier Williams ne comptait pas démarrer sans explications, il répondit après un soupir :

    « C'est chez moi ici...

    -De quoi ?

    -Le général... Il ne veut pas qu'elle se rappelle des événements avant son accident... Il a fait d'elle un cyborg sans l'approbation de Sharon ou de sa famille... . Et maintenant, c'est moi qui doit en subir les conséquences. Il aimerait qu'elle rejoigne le champs de bataille rapidement... Cependant je ne suis pas de son avis, j'ai pensé que la cacher quelques temps me permettrait de trouver une solution pour l'aider.

    -Et vous pensez que lui mentir lui fera du bien ? Elle a pratiquement gobée tout vos bobards ! Et cette personne qui la surveille qui c'est ?

    -...Une jeune fille sans emploi... Ensemble nous avons placé des caméras dans les pièces de la maison. Ainsi elle pourra veiller sur Sharon, pour le reste je lui ai tout expliqué : ce qu'elle devait dire, comment elle devrait réagir et ce qu'elle devrait éviter de dire... . Bien sûr je compte la dédommager pour sa peine.

    -Pourquoi une parfaite inconnue ? Une personne extérieure à l'armée qui plus est...

    -Nous sommes tous fichés, le général nous surveille... Avec cette jeune femme, Sharon est en sécurité chez moi, il ne soupçonnera jamais que je l'ai emmenée ici.

    -Et vous allez lui dire quoi au big boss ?

    -La même chose que j'ai dit à Sharon : c'est le docteur qui l'a demandé... Ce n'est pas spécialement faux vu qu'il a vraiment dit ça, il pense que l'état psychologique actuel de Sharon pourrait lui porter préjudice si elle reprends les missions.

    -Il a raison... Mais que va dire le général quand vous lui expliquerez ?

    -Je n'en sais rien … Mais il ne va pas être content. »

     

    [***]

     

    « Vous me décevez beaucoup, Donovan... »

    Le général Grégory était assis face au colonel. Il avait les doigts croisés sous son menton. Ses sourcils épais étaient froncés et les plis que formaient les rides sur son visage renforçait sa colère. Donovan avait fait son rapport, il avait commenté tout le mensonge qu'il avait mis en place durant les mois de réhabilitation de Sharon lorsqu'elle était à l'hôpital. Dès la mention des souhaits du médecin, le général avait déjà commencé à bouillonner. A défaut de ne pas avoir l'homme de soins sous la main, il se défoula sur Donovan. Le jeune homme endura les pics lancés à son égard. Il ne broncha nullement, s'étant déjà préparé mentalement à cette réaction. S'il faisait tout ça, c'était pour protéger Sharon, mais c'était aussi un moyen de contourner quelques temps les directives de son supérieur. Ainsi, il était tranquille pour réfléchir à un meilleur plan.

     

    Fran Williams, ne comprenait toujours pas les intentions de Donovan. Son supérieur semblait beaucoup indécis et perdu. Il devait lui témoigner de son soutiens pour l'aider. Après tout, il n'avait jamais aimé le général. C'est pour cela qu'il attendait juste devant le bureau de Grégory. Il n'avait pas besoin de tendre l'oreille pour entendre, la voix puissante et énervée du dirigeant se perdait dans tout le couloir. Il ordonnait à Donovan de tout mettre en œuvre pour ramener Sharon.

    L'insistance du général sur le cas de Sharon n'était pas normal. D'autres soldats étaient à l'hôpital et eux aussi avaient subis des transplantations et greffes artificielles. Pourquoi Sharon était la seule concernée ? Pourquoi le général ne voulait-il pas qu'elle aille ailleurs qu'ici ?

    C'était très étrange et le second Williams prit la décision de mener son enquête.

     

    Donovan sortit quelques minutes plus tard, la tête baissée et le regard perdu dans ses pensées. Il cherchait un moyen de contourner une nouvelle fois les ordres du général. Fran se racla la gorge pour lui montrer sa présence.

     

    « Que faites-vous ici ? » S'exclama Donovan en prenant soin à ce que le général n'entende pas.

    « J'aimerai vous aider... Avec Sharon. J'ai aussi des suspicions suite aux intentions du chef...

    -...Allons en parler ailleurs. »

     

    [***]

     

    Ils étaient à présents dans le bureau de Donovan, celui-ci avait fermé la porte et avait ensuite invité Fran à s'asseoir. C'était une pièce assez grande qui donnait sur l'entrée du régiment. Sur le côté droit se trouvait une grande bibliothèque ornée de livres sur les tactiques militaires, des revues scientifiques et des encyclopédies, des livres sur l'histoire. Tout cela témoigna de la soif de savoir du colonel Donovan. A gauche un grand meuble fermé se trouvait en dessous d'un tableau représentant un paysage Alpin. Les murs étaient couvert d'une tapisserie donnant un aspect vieillot à la pièce, faisant retourner Fran en enfance, sa grand-mère avait le même dans son salon.

     

    « Ici on peut parler.

    -Bien... Ce que je vais dire va vous paraître insensé... Mais je pense que le général cache quelque chose. Quelque chose dont Sharon doit être au courant. Maintenant qu'elle est amnésique il ne risque rien, mais je pense qu'il souhaite la garder sous la main pour la surveiller.

    -C'est possible, mais il est encore trop tôt pour en être sûr. »

     

    Fran s'enfonça dans le fauteuil et soupira, Donovan avait raison. Le général Grégory avait toujours été étrange, aussi loin qu'il s'en souvenait. Le traiter de menteur maintenant sans preuves était plutôt risqué. Cependant, il refusait d'abandonner sa théorie. Elle tenait la route.

     

    Le silence se posa dans la salle, les deux hommes regardaient chacun fixement un coin de la pièce. Pour Fran ce fut le mur couvert du meuble en acajou et de l'imposant tableau juste en face de lui, pour Dononan c'était le bout de ses rangers. Le second s'exclama ensuite brusquement :

     

    « Je pense quand même que Sharon est la clé... Peut-être que si on arrivait à raviver sa mémoire, cela pourrait nous aider à y voir plus clair ? Enfin, à supposons que l'attitude étrange du général ait à voir avec son amnésie... Mais bon je ne vois pas d'autres solutions.

    -Oui... Mais supposons qu'il n'en est rien ? On aura tout fait pour rien et on sera toujours au même point de départ... .

    -On aura au moins essayé, d'ailleurs j'ai un plan qui va permet d’exécuter cette idée !

    -...Qui est ?

    -Le général vous a bien demandé de retrouver Sharon ? Vous savez où elle est, il ne reste plus qu'à vous servir de cet alibi pour aller tenter de lui faire retrouver ses souvenirs !

    -C'est une bonne idée, mais ce n'est pas aussi simple. Ce n'est pas comme si elle avait perdu ses clés, ça pourra mettre du temps et ça j'en manque... Il voudra des résultats rapidement.

    -Vous trouverez peut-être quelque chose ! Vous aviez l'air proche, je ne sais pas si c'était à cause de vos entrevues à l'hôpital, mais Sharon avait l'air de vous faire confiance. Ça pourrait l'aider d'avoir une personne comme ça à ses côtés... Plutôt qu'une inconnue qui ne va que lui mentir. Demandait au général de vous permettre de partir à sa recherche, pour lui, c'est vous le fautif il acceptera sûrement pour but de vous faire racheter !»

     

    Le blond se pinça les lèvres, son second avait raison une fois de plus. Cependant, il avait aussi réussi à toucher un des points qu'il ne comptait pas aborder.

    « Que vous arrive-t-il, monsieur ? Vous avez l'air troublé. 

    -Vous n'êtes pas au courant de tout ce qu'il faudrait savoir... Personne ne l'est... Pas même le général.

    -Qu'est-ce que c'est ? ».

     

     

    Le colonel se leva et fit les cent pas, cherchant ses mots. Il s'arrêta et se tourna vers l'autre homme afin de lui faire son annonce. Une annonce que Fran n'aurait jamais cru possible.

     

    [Amnesia] Chapitre 1

     

     

    Voici le premier chapitre d'Amnesia, j'espère que ça vous a plu. Je m'excuse si c'est un peu long, les chapitres qui suivent le sont un peu moins. N'hésitez pas à me faire part de vos avis, de préférences construits, je les lirais et prendraient en considérations pour la suite !

    Les parutions de chapitres se feront toutes les deux semaines, j'ai pris de l'avance dans cette histoire parce que je sais ce que je veux (pour une fois). Si vous voulez je peux vous prévenir des nouveaux chapitres par messagerie ekla', il suffit juste de me le demander gentiment ^^.

    Sur ce, je vous souhaite un bon Week end.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 20 Janvier 2016 à 16:27
    c'est vraiment intéressant et j'ai bien aimé le film mais la fin je ne trouve pas
      • Lundi 25 Janvier 2016 à 09:33

        La fin de quoi ? De mon texte là ? Je ne l'ai pas encore posté c'est normal ^^.

        En tout cas merci pour ta lecture :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :