• Amnesia - Prologue

    Le « tic tac » incessant de l'horloge résonnait dans toute la salle. Assis sur un siège confortable, un homme attendait une réponse. Cela faisait à présent deux heures qu'il se trouvait dans cette pièce. Il avait accouru aussi vite qu'il avait reçu l'appel de son supérieur. Ils l'avaient enfin retrouvée. Elle était en vie, mais son corps avait subi de lourds dégâts. Son état était critique et les médecins de l'établissement luttaient pour sa remise sur pieds. 

     

    L'attente lui était interminable, les secondes s'éternisaient. Sa chaise lui devenait vite insupportable, il avait fini par se lever et arpentait à présent la salle. Il s'arrêtait sur le moindre tableau qui décorait les murs, les magazines qui se trouvaient sur la petite table au centre, et le magnifique tapis qui donnait de la couleur à l'ambiance terne et palote de la pièce. Il trouvait qu'elle faisait affreusement ressortir le sentiment qu'il éprouvait pour chaque hôpital, un lieu de tristesse où la chance était souvent de mise pour espérer revoir l'être aimé. Tous les cas n'étaient pas si dramatiques, mais pour lui, les hôpitaux avaient toujours été un très mauvais souvenir. Il avait déjà perdu ses parents très jeune, sa tante l'avait alors élevé comme son propre fils. Puis ce fut à son tour de partir pour le grand voyage. Il avait terminé ses études difficilement, mais avait réussi à obtenir son diplôme d'ingénieur. Se sentant seul et inutile, il avait fini par rejoindre l'armée. Les drames avaient continué, beaucoup de ses amis avaient perdu eux aussi la vie. Il s'en faisait sans cesse de nouveaux qui ne duraient bien sûr pas longtemps. Quel imbécile avait-il été de croire que tout ceci s'arrêterait. Il savait mieux que quiconque que le combat que menait l'armée actuellement n'était pas sans tragédies. 

     

    -Monsieur, vous pouvez aller la voir. Annonça un infirmier de l'hôpital que l'homme n'avait pas vu arriver.

     

    Il suivit l'homme de soins à travers les couloirs. Son regard suivait l'itinéraire avec attention, il pensait souvent revenir ici durant son temps libre. Même s'ils n'étaient pas vraiment proches, elle faisait partie de ses connaissances. Elle avait survécu et c'était un soulagement pour lui. Il trépignait d'impatience de la voir et de l'enlacer. Avec son caractère de cochon, elle n'approuverait sans doute pas ce geste, mais il s'en fichait. Elle était en vie et c'était tout ce qui comptait. 

    La porte tant attendue se trouvait enfin au bout du couloir qu'ils venaient d'emprunter. L'infirmier l'ouvrit et se déporta sur le côté afin de laisser passer celui qui le suivait. Il pénétra prestement dans la salle et son regard se posa immédiatement sur le lit du milieu où se trouvait une jeune femme blonde endormie. Son oeil était bandé et plusieurs points de sutures avaient été faits sur son bras gauche. Son bras droit... 

     

    -Qu'est-ce que ? Demanda-t-il après observation du membre.

     

    -On l'a retrouvée entre la vie et la mort. Commença à expliquer le supérieur de l'homme, le Général Grégory Matthieu. Le plus jeune qui venait d'entrer avec l'infirmier, se retourna face au vieil homme qui se trouvait installé sur une chaise au fond de la salle. Ces médecins ont réussi à la maintenir en vie grâce à la technologie robotique. 

     

    Il continua son explication en montrant le bras droit de la femme. Puis il retira le drap qui la couvrait, le cadet eut une extinction de voix en découvrant que tout le torse de la femme avait été modifié. Tout ce qui restait de son corps d'humaine, n'était que son bras gauche, ses jambes, sa tête avec son oeil gauche. Le bas de sa mâchoire avait été remplacé par une pièce métallique couleur chair reproduisant parfaitement les dents et la gencive. Tout comme le bras droit et son torse, les pièces robotiques avaient été réalisées avec précision. Le détail et la ressemblance avec un corps organique était parfaite. En s'approchant on voyait très bien le pot-aux-roses, mais de loin, on aurait dit un corps parfaitement entretenu.

     

    -Vous l'avez robotisée ! S'énerva le colonel après avoir examiné chaque parcelle du corps de la femme que son supérieur lui présentait. 

     

    Le général tourna la tête vers son interlocuteur, son visage était dur et sévère et il haussa un sourcil avant de répondre :

     

     

    -Elle fait partie de nos meilleurs agents, nous ne pouvions pas nous permettre de la perdre. J'espère que vous comprenez que compte tenu des circonstances auxquelles nous faisons face, il nous était impossible d'envisager une tout autre solution. 

     

    -Je comprends tout à fait, mais... Vous avez tout de même fait d'elle un cyborg alors qu'elle a toujours vécu en tant qu'humaine. Avez-vous pensé à sa réaction lorsqu'elle se réveillera ?

     

    -C'était l'unique solution ! S'énerva le plus vieux. Je ne vous permets pas de discuter mes ordres. En plus, c'est de votre faute si elle est dans cet état. J'aimerais que vous assumiez les conséquences de vos actes, Donovan. 

     

    Le ci-prénommé, baissa la tête. Son supérieur avait raison, s'il ne l'avait pas envoyée dans cette mission périlleuse, rien ne lui serait arrivé. Toutefois, le jeune homme trouvait que Grégory était dur avec lui. Tout homme pouvait faire des erreurs, et lui même ignorait que l'opération prendrait cette tournure. Il voulait bien se porter coupable pour cela, mais en aucun cas il n'aurait voulu qu'ils modifient ainsi son corps. Ses poings se serrèrent, faisant ressortir ses plus grosses veines. Il enrageait, furieux que des décisions aussi terribles aient été prises dans son dos. Sharon travaillait dans son équipe, il aurait été judicieux de lui en parler avant.

     

    Il n'eut pas le temps de s'énerver plus longtemps. Celle qui dormait jusque là, avait enfin ouvert les yeux. Elle les regardait tout d'eux alors qu'ils venaient tout juste de se disputer. Donovan senti la sueur qui perlait sur sa tête lorsqu'il vit le regard perdu de Sharon croiser le sien. Elle scrutait chaque coin de la chambre, ses voisines, Donovan et Grégory, puis son bras et son corps tout modifié. Sa respiration devint forte et haletante. Son regard était à présent paniqué et perdu.

     

    -Qui êtes-vous ? Où est-ce que je suis ? Demanda-t-elle subitement.

     

    Donovan manqua de respirer un court instant. Sharon ne se souvenait de rien, ni de ce qu'elle avait vu durant sa mission, ni du fait qu'elle avait été humaine avant cela. Elle savait seulement qu'elle s'appelait Sharon, mais c'était l'unique souvenir qu'elle avait le reste avait été perdu. Le colonel tourna la tête vers le général de brigade qui souriait. Il attrapa le bras de son cadet et l'emmena à l'extérieur de la pièce. Donovan sentait qu'une importante et difficile tâche allait lui être demandé. Et il avait bien raison de se méfier :

     

    -Elle ne doit pas se souvenir. Faites en sortes qu'elle ne se rappelle pas avoir été humaine.Lui ordonna le vieil homme sur un ton grave.

     

    -Monsieur, sauf le respect que je vous dois... On ne peut pas lutter contre les souvenirs, ils reviennent subitement et toujours à la charge et ... 

     

    -Silence Donovan ! Cette discussion est close. Rétorqua le plus âgé sur un ton brutal qui fit tourner tous les regards vers lui. Donovan baissa la tête.

     

    Le général s'en alla sans aucune cérémonie et le colonel resta sur le pas de la porte, perdu et décontenancé. Pourquoi son supérieur agissait-il ainsi ? Pourquoi la vie d'un soldat n'avait-elle que peu d'importance pour lui ? Il tourna la tête vers Sharon qui avait toujours cet air perdu. Il ne voulait pas obéir aux ordres de Grégory, mais il ne voulait pas non plus perdre son travail. Sa conscience lui implorait d'aider au mieux son amie, il devait la soutenir coûte que coûte. Peu importe ce qu'on lui dirait. Il prit une grande inspiration avant de la rejoindre, c'était la première fois qu'il se décidait à jouer les rebelles.  


  • Commentaires

    1
    Mardi 6 Octobre 2015 à 20:36

    C'est tout simplement magnifique.

    2
    Mardi 6 Octobre 2015 à 21:26

    Merci :)

    3
    Mardi 6 Octobre 2015 à 21:28

    De rien :3

    4
    Mardi 13 Octobre 2015 à 19:44

    Vraiment génial vôtre article. Un peu science fiction et la robotique qui apparait ! J'aime beaucoup ! La pauvre femme complètement et si bien refaite. Normal ! C'est le meilleur agent. Et un excellent agent mérite toutes les attentions.

      • Mardi 19 Avril 2016 à 20:06

        C'est vrai ^^, mais la vérité caché derrière tout ça est bien plus sombre.

        Merci pour ton avis :)

         

    5
    Claryssajace
    Jeudi 14 Avril 2016 à 11:02

    Ton histoire a l'air passionnante ! j'attends la suite avec impatience!!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :